Outil taillé sur galet provenant de la terrasse alluviale d’Elarmékora dans l’ensemble historique Epona du Patrimoine Mondial Lopé-Okanda au Gabon © Richard Oslisly 

Le Parc National de la Lopé au Gabon est un site inscrit sur la Liste du patrimoine mondial depuis 2007 sous le nom d’ « Écosystème et paysage culturel relique de Lopé-Okanda ». Il est qualifié de mixte (nature/culture) grâce à ses remarquables paysages de forêts-savanes ainsi que pour ses nombreux vestiges de cultures passées. Les résultats préliminaires obtenus montrent que ces outils datent d’au moins 620 000 ans et au plus 850 000 ans, représentant ainsi la plus vieille preuve de la présence humaine dans le bassin du Congo en Afrique centrale atlantique. Ces résultats montrent une formidable avancée sur notre connaissance de l’évolution de nos ancêtres qui pourrait non seulement bouleverser les modèles établis sur l’histoire de nos origines, mais également contribuer à une meilleure compréhension des changements climatiques anciens. 

Pour en savoir plus, nous vous invitons à découvrir l’article complet sur le site de l’UNESCO et visionner cette vidéo documentaire de 18 minutes.

A propos de Richard Oslisly, géo-archéologue français

Richard Oslisly explore le Gabon depuis plus de 35 ans. Docteur en Préhistoire Africaine, il a « fait » l’archéologie du Gabon. Découvreur des gravures rupestres du Parc National de la Lopé, il est aussi à l’origine de la découverte du rôle rituel des grottes de Lastoursville dans le passé. Richard Oslisly plaide pour que le site des grottes d’Abanda devienne un « sanctuaire », « intégralement protégé ». « Il reste encore beaucoup à découvrir dans les grottes d’Abanda », estime le géoarchéologue, qui espère y développer le « tourisme scientifique ».

Richard Oslisly, de géo-archéologue 
Crédits : AFP